AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ambush [Libre..!]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dominic Vaughan
Joueur professionnel de Quidditch.
Langue de plomb.


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 24/02/2009

MessageSujet: Ambush [Libre..!]   Mar 10 Mar 2009 - 16:54

Dans le dernier épisode de Dominic Vaughan…Si seulement cela pouvait commencer ainsi. Si seulement sa vie n’aurait pu être qu’écrite par un vulgaire auteur dont personne ne se souviendrais le nom une fois les crédits déroulés. Mais hélas, ce n’était pas le cas. Il n’avait pas qu’un texte à apprendre ainsi que les mouvements selon la caméra. Il devait vivre et agir selon toute sa vie. Et Dieu seul sait que la vie de Dominic Vaughan est loin d’être simple. Des journées de travail pouvant être routinière, tandis que d’autres viennent complètement détruire cette routine. Comme cette journée, celle-ci même, aujourd’hui, pendant laquelle il tenterait quelque chose d’assez imprudent. Habituellement bougeant sans arrêt, il était actuellement debout, immobile, derrière une porte ouverte, dans un local peu utilisé. Et ce, depuis trois longues heures. Mais il le fallait, croyait-il.

Baguette en main, Dominic utilisait tout le stoïcisme qu’il pouvait atteindre pour attendre, tel un prédateur. Son escapade comprenait beaucoup de risque, mais une majorité d’entre eux était maintenant écarté. Tout avait commencé vers 17 heures, après son quart de travail régulier. Il était sorti du Ministère, après s’être assuré que tout était bien en place dans son département, puis avait transplané à Pré-au-Lard. Après une bière au Trois Balais, question de se réchauffer les esprits, mais surtout de ce donner un alibi, au cas où quelque chose tournerait mal, il avait ensuite fait mine de transplaner à nouveau, bien qu’en réalité il n’alla qu’un peu plus loin. Sous le couvert de la noirceur, toujours en complet, il avait détaché sa cravate, l’avait mis dans sa poche, en même temps que la petite épingle D. Vaughan, Département des Mystères, qui était épinglée sur sa poitrine, dans sa poche. Sortant aussi sa chemise de son pantalon, lui donnant un look beaucoup moins chic, mais plus décontract, il était parti, d’un pas rapide, tantôt en courant, tentant de se cacher à travers les diverses forêts qui l’amènerait à son objectif : Poudlard.

Le trajet avait duré quelques heures, peut-être trois. Sa montre ne fonctionnait plus depuis qu’il était entré dans l’enceinte de Poudlard, et il avait complètement oublié de regarder l’heure avant d’y pénétrer. Mais il était tard dans la nuit, n’importe quel imbécile aurait pu le deviner. La clarté de la lune avait pu se déplacer de facilement une dizaine de mètres depuis son arrivée. Un truc que l’on ne remarque jamais habituellement, sauf quand c’est environ la seule chose à faire dans la pièce, que d’analyser les mouvements lunaires. Et puis, c’était facile, comme la seule fenêtre de la pièce était directement au plafond. Car Dominic, après avoir réussi à passer outre les défenses des Maraudeuses, de façon purement chanceuse, étant entré en même temps que des étudiants complètement ivres, qui n’ont jamais remarqué Dominic se faufiler derrière eux alors qu’il revenait d’aller boire en cachette. De vieux souvenirs, mais c’était maintenant si lointain, semblait-il. Avec l’obsession du travail…et de d’autres projets…il y avait longtemps que Dominic n’avait simplement contacté ou eu des nouvelles des gens avec qui il avait été à l’école. Bref, tout pour dire que la Langue-de-Plomb avait, par la suite, trouver l’endroit où son plan pourrait se mettre le mieux à l’action. En pleine nuit, alors que personne ne pourrait s’y attendre, il avait choisi son lieu de chasse. Les toilettes féminines, tout juste à côté de la salle commune des Serpentards. Une partie du château qu’il connaissait bien, les lieux à proximité de son ancien dortoir. Pas ces toilettes, étant donné que c’était bel et bien la première fois qu’il y mettait les pieds.

Puis, du bruit. Quelqu’un, enfin, se pointait. Envie nocturne? Exactement, car il laissa entrer une jeune fille, qui alla s’acquitter de vider sa vessie. Il ne put s’empêcher de sourire, par parce qu’il était un voyeur, bien loin de là, mais bien parce que le piège se refermait doucement. Il ferma la porte d’entrée doucement, celle derrière il était caché depuis trop longtemps, puis, en s’étirant, lança un sortilège de silence sur la porte, question d’insonorisé la pièce un tout petit peu. Mais pas de gros enchantements, car il ne savait toujours pas à qui il avait affaire. S’appuyant dos à la porte, sa baguette bien en vue, il attendit que la damoiselle, du moins, espérait-il qu’elle en soit une, ait terminée et sorte des toilettes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misa Smirnoff
Elève de sixième année.


Nombre de messages : 28
Age : 23
Maison : Poufsouffle
Age du Perso : 16 ans
Date d'inscription : 05/11/2008

Qui fait quoi ?
Fonction HRP: Joueur Heureux
Facultés Spéciales: //

MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   Ven 13 Mar 2009 - 18:43

Misa ouvrit brusquement les yeux. Elle était allongée sur son lit, dans son dortoir de Poufsouffle, et il y régnait un silence presque complet, seulement troublé par les respirations légères de ses camarades endormies. Pendant quelques secondes, elle essaya de déterminer ce qui s’était passé. Pourquoi était-elle ainsi maladroitement enroulée dans sa couette ? Pourquoi était-elle encore tout habillée ? Quelle heure était-il ? Qu’avait-elle fait, hier soir ? Elle se redressa et étouffa un gémissement de douleur. Elle avait l’impression qu’un marteau piqueur s’amusait à vrombir dans son crâne et une soudaine envie de vomir l’envahit. Elle s’essuya le front où la sueur commençait à perler, cherchant à comprendre, puis, brusquement, quelques images confuses de la veille lui revinrent.

Elle avait passé la soirée avec des amis à boire comme un trou. C’était un jeu stupide, peut-être, mais le but était de se battre en duel en état d’ébriété et, évidemment, de gagner. Le genre de défi dont Misa raffolait. Après elle ne savait combien de verres, elle avait finit pas se battre contre une fille de Serpentard. Sauf que les images stoppaient là. Elle ne savait pas qui avait gagné, ni qui avait perdu. Elle ne savait même pas comment elle avait fait pour rejoindre son dortoir et regagner son lit, ni comment elle avait fait pour ne pas se faire remarquer pas un quelconque prof. La chance, peut-être. Ou, plus probablement, un camarade sobre qui avait accepté de la ramener chez les Poufsouffle.

Elle se releva doucement et immédiatement, la pièce se mit à tanguer sous ses yeux écarquillés. Sa nausée devenait de plus en plus forte et elle sut immédiatement que si elle n’allait pas très vite aux toilettes, elle risquait de vomir là, au pied de son lit.
Je hais la gueule de bois.
Elle s’approcha des toilettes du dortoir, mais elle vit qu’il y avait déjà une fille qui les occupait et elle soupira. Elle ne pouvait pas attendre que mademoiselle finisse sa commission et elle décida d’aller dans les toilettes du cachot qui avaient le mérite d’être souvent vides. Elle sortit du dortoir, vêtue d’un tee-shirt froissé et dix fois trop grand pour elle sur lequel était écrit « Hard Rock Café », d’un jean slim où s’ouvraient de larges déchirures et les pieds juste recouverts par des chaussettes où s’étalaient des têtes de grenouilles souriantes.

Elle traversa la salle commune déserte et atterrit dans un couloir froid du sous-sol. Elle frissonna et se mit en route pour atteindre son objectif : les cachots. Lorsque enfin elle poussa la porte des toilettes du cachot, elle sentit sa gorge se nouer d’appréhension, ce qu’elle mit sur le compte de sa redoutable envie de vomir. Elle se dépêcha d’entrer dans une cabine, qu’elle ferma précipitamment derrière elle, se pencha au-dessus de la cuvette des toilettes et vomit le plus silencieusement possible, espérant que si quelqu’un l’entendait, il puisse penser qu’elle faisait juste pipi. Puis elle s’essuya sa bouche pâteuse, tremblante... avant d’entendre un léger, très léger bruit derrière la porte. Elle se crispa immédiatement et tâta sa poche, avant de sentir ses doigts effleurer sa baguette magique. Elle se remercia intérieurement d’avoir pensé à la prendre et elle sortit de sa cabine. Elle se tendit d’autant plus en apercevant un homme d’une trentaine d’années qui n’était certainement pas un de ses profs et qui tenait dans une main une baguette magique. Elle savait qu’elle n’était pas impressionnante, elle qui ressemblait d’avantage à une crevette qu’à une jeune fille, qu’en plus, elle devait avoir le visage complètement chiffonné à cause de sa gueule de bois, et pour couronner le tout, elle devait exhaler une odeur d’alcool peu ragoûtante. Mais elle décida de ne pas afficher la posture de la perdante et elle pointa vers lui ses yeux d’un bleu ardent, les plongeant dans les siens avec un regard perçant, arborant le visage le plus neutre possible, compte tenu de son état.

Bonsoir. Qui êtes-vous ?

Elle avait dit ça d’un ton poli, parce qu’après tout, elle se demandait vaguement qui pouvait bien être cet homme. Du coin de l’œil, elle vit que l’écart entre l’endroit où elle se trouvait et le mur lui laissait assez de place pour exécuter un bond sur le côté au cas où il tenterait de lui jeter un sort, mais que cet homme était trop loin d’elle pour qu’elle puisse l’attaquer à mains nues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominic Vaughan
Joueur professionnel de Quidditch.
Langue de plomb.


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 24/02/2009

MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   Mer 18 Mar 2009 - 20:05

Enfin, il était temps que quelqu’un se pointe. Les fourmis dans les jambes commençaient doucement à se dissiper, comme si elle quittait ses membres pour aller envahir la pièce, déjà sombre, pour l’assombrir encore plus, alors qu’il se dressait face à son opposé total. Lui, habillé propre, chic, et elle, complètement débraillée, avec son jeans déchiré. Lui, grand homme aux larges épaules, prenant le plus d’Espace possible, se voulant le plus imposant possible, sa baguette pointée sur la jeune fille…qui semblait plutôt en mauvais état. Surtout que les bruits d’éclaboussures qu’elle venait de produire dans sa cabine, ainsi que l’odeur répugnante qui s’en échappait le portait à croire en la faiblesse de la jeune étudiante. Mais s’il y a bien une chose que ses dix années d’expérience lui ont appris, c’est que l’habit ne fait pas le moine…

Bonsoir. Qui êtes-vous ?

Ça aurait été tellement facile de la soumettre à l’Imperium, si facile, alors qu’elle ouvrait sa bouche pour parler, l’empêchant ainsi de répliquer quoi que ce soit. Mais peut-être était-ce un moment de faiblesse? Malgré que, malgré que… Malgré sa froideur, il n’abaissait pas au faible niveau d’un mangemort, qui pour seul ses idéaux, se foutaient littéralement de la liberté de n’importe qui. C’était le cas pour les Vaughans, sauf que…Sauf que Dominic avait toujours eu de la difficulté à s’imposer ainsi sur une jeune enfant. Bien qu’elle ne fut pas si jeune, car elle devait avoir un peu plus de quinze ans…Reste-t-il qu’il se serait senti entrain de violer la jeune femme s’il l’avait soumis au sortilège interdit. Parce que Dieu seul sait comment tout cela aurait pu tourner. Se sachant un expert des maléfices contrôlant la pensée, comme l’Impérium, ou la légilimencie, il savait aussi quels dommages irréparables ces derniers pouvaient infligés. Il garda donc son contrôle, voyant que la petite n’avait pas d’attitude belliqueuse, il lui répondit, à son tour, d’un ton sec.

~ Dale…Dale Shakespeare. Mais bref, c’pas important. T’es dans quelle maison?

Bon, c’était un mensonge. Dale Shakespeare, le frère de son collègue Félix, travaillait depuis plus d’un an aux USA. Mais le nom de Shakespeare en était un qui faisait trembler les gens, habituellement, étant donné que le petit frère de Dale, Nathan Shakespeare, était le plus grand criminel recherché à travers l’Angleterre, et sûrement le monde entier, bien qu’il ait disparu depuis une belle lurette. Depuis quelques mois, aucune trace. Mais bon, il n’était pas pour lui divulguer qui il était vraiment, et ce qu’il faisait dans Poudlard alors que ça lui était interdit. Bref, il n’avait besoin que d’un mot, et il pourrait enfin atteindre ce qu’il recherchait si avidement. Que d’un seul mot.

En même temps, il fit signe de sa baguette à la jeune fille de sortir dehors, et de le guider…avec sa baguette pointée dans son dos à tout moment…Question de précautions.

~ Ha. Euh. C’est quoi ton nom, au juste? Dit-il, se voulant…conciliant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misa Smirnoff
Elève de sixième année.


Nombre de messages : 28
Age : 23
Maison : Poufsouffle
Age du Perso : 16 ans
Date d'inscription : 05/11/2008

Qui fait quoi ?
Fonction HRP: Joueur Heureux
Facultés Spéciales: //

MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   Jeu 19 Mar 2009 - 20:08

Misa ne s’attendait pas vraiment à ce que cet individu qui la menaçait de sa baguette magique lui réponde. Elle fut donc stupéfaite qu’il daigne ouvrir la bouche, mais réjouie. Au moins, il ne l’attaquait pas brutalement, sans prévenir. Elle avait le temps de reprendre ses esprits, de faire abstraction du mal de tête qui lui scindait le crâne en deux et d’essayer de remettre en ordre ses pensées encore envahies par le brouillard incertain du sommeil et de la gueule de bois. Elle mit quelques secondes à se rendre compte qu’il lui avait posé une question et elle se fit promptement la promesse que, dès qu’il la laisserait en paix, elle s’aspergerait d’eau fraîche pour se réveiller un peu.

Oh, je suis à Poufsouffle.

Puis tout à coup, le nom de cet homme raviva un souvenir dans sa mémoire. Shakespeare… c’était pas un criminel, ça ? Un beau nom, en tout cas, avec une sonorité plutôt musicale. Lorsque ce Shakespeare lui fit signe de sortir, Misa, bien qu’encore dans les vapes, fit plusieurs constatations. D’abord, il ne lui avait toujours pas jeté le moindre sortilège. Ce qui signifiait que soit il l’avait prise en pitié et avait peur de lui faire mal –ce qui l’aurait rendu furieuse- soit il avait besoin d’elle. Dans tous les cas, la jeune fille n’était pas effrayée. Elle n’avait même pas peur. Juste une très légère appréhension, mais rien de drastique. Au contraire, elle bouillonnait. Ses petits poings noueux étaient serrés et elle sortit de la salle, suivie par l’homme qui pointait sa baguette dans son dos. Chose désagréable. S’il s’avérait qu’il était animé de mauvaises intentions envers elle et qu’il commettait l’erreur d’être trop près d’elle physiquement, elle pourrait toujours se défendre…

~Ha. Euh. C’est quoi ton nom, au juste ?~

Sa voix venait de derrière elle. Elle n’aimait pas qu’il soit dans son dos. Elle fit brusquement volte-face pour être face à lui, faisant virevolter ses cheveux blonds, levant son visage pâle de poupée vers lui.

Misa, Misa Smirnoff, comme la vodka. C’est moins beau que Shakespeare, c’est vrai, répondit-elle tandis qu’un léger sourire mutin se mettait à éclore sur ses lèvres fines.

Bon, au moins, elle pouvait aligner deux phrases sans problème. Peut-être que se retrouver piégée avec un fichu sorcier visiblement expérimenté, menaçant et empli d’une farouche détermination était un excellent remède contre la gueule de bois.

Vous voulez allez où, comme ça, avec moi, Mr. Shakespeare ? demanda-t-elle avec curiosité, commençant à retrouver lentement mais sûrement sa lucidité.

D’autres questions commençaient doucement à se bousculer dans sa tête. S’il voulait attaquer Poudlard ou tuer quelqu’un par simple ambition personnelle sans intérêt, elle s’en foutait complètement. Mais s’il voulait quelque chose d'anticonformiste et d’inattendu, là, la Poufsouffle pourrait se montrer intéressée. Même serviable. Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’on se retrouvait face au frère d’un criminel dans les cachots de la si protégée école de sorcellerie Poudlard… si seulement elle n’avait pas la désagréable sensation que son cerveau dérivait lentement dans sa boîte crânienne… elle aurait déjà posé plus de questions. Mais elle avait un peu de mal à réfléchir et à trouver ses mots. D’ailleurs, ce n’était pas plus mal. Face à la gamine imprudente et trop curieuse qu’elle était normalement, il aurait pu craquer et user d’un sort. Cette gueule de bois offrait à Misa un certaine prudence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominic Vaughan
Joueur professionnel de Quidditch.
Langue de plomb.


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 24/02/2009

MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   Sam 21 Mar 2009 - 21:31

Il espérait, espérait tellement que la réponse qu’elle lui donnerait lui serait satisfaisante. Car, d’une réponse autre, tout son plan venait de foirer. Le sortilège d’amnésie étant au frais dans sa mémoire, n’attendant qu’une parole pour se faire voir, ne vit jamais le jour. Car un heureux hasard voulut qu’elle donne la réponse si tant attendue.

Oh, je suis à Poufsouffle.

Aussi simple, aussi banal. Que quelques mots qui réussirent, sans qu’il puisse s’en empêcher, à faire sourire le faux Dale Shakespeare. Bien qu’elle ne le sut pas, elle venait juste de combler la seule attente qu’avait la Langue-de-Plomb…Trouver une élève de Poufsouffle. Une élève qui avait plein accès à sa salle commune, bien entendu. Une ancienne élève n’aurait pas fait l’affaire. D’ailleurs, c’était grâce aux recherches de son frère, Mickael, que le plan avait été mis en action. Le trio de frères Vaughan était, en ce moment même, entrain d’assiéger Poudlard. Pendant que son aîné et son cadet s’était occupé des défenses magiques, grandement affaiblie par les multiples mots de passe auxquels avait accès Dominic, par le Département des Mystères, il avait réussi à se faufiler. Et voilà que tout se déroulait, du moins, pour le moment, extraordinairement bien. Surprenant.

Misa, Misa Smirnoff, comme la vodka. C’est moins beau que Shakespeare, c’est vrai.


Bon, ca y était. Elle était maintenant face à lui, souriant légèrement, alors qu’il avait toujours sa baguette pointée sur sa poitrine. Et, à la lumière d’une torche, éclairant ainsi beaucoup mieux son jeune visage, il ne put s’empêcher de remarquer à quel point elle avait l’air d’avoir mal à la vie…Et pis que son nom de famille, sûrement un pseudonyme aussi, question de ne pas trop dévoiler, reflétait étrangement la cause de ce mal de vie…Une sale cuite. Au moins, elle n’était pas enceinte, comme l’idée venait tout juste de lui traverser l’esprit. Si jeune…mais bon, lui aussi, à cet âge, il était pareil. Sinon pire…

Vous voulez allez où, comme ça, avec moi, Mr. Shakespeare ?

Et voilà. Il se sentait exactement comme le loup du petit chaperon rouge, qui, par ses armes naturellement plus adaptés, guidait la petite fille vers une mort certaine. Même si rien de dangereux n’était sensé arriver. Du moins, pas à ce qu’il avait prévu. Mais il restait tout de même qu’il était à l’intérieur même de Poudlard, là où le hasard fait sa propre loi. Lui faisant signe de poursuivre sa route, baguette toujours pointée, il entreprit au moins à lui expliquer la venue de sa visite…ou du moins, sa destination première.

~Je…Nous allons dans ta salle commune, à laquelle tu vas me guider. T’inquiète, j’viens juste chercher quelque chose…

Merde. Il venait d’échapper un léger détail. Un plutôt gros détail, mais il espérait qu’elle y fasse abstraction, comme elle était quelque peu dans les vapes. Même si elle le retenait, ça ne pouvait changer grand-chose, comme elle verrait bien ce qu’il faisait dans la salle commune des Poufsouffle. Et puis, s’il avait besoin d’aide…

~Tu connais Liam Dickens? C’tait ton préfet-en-chef l’an dernier. Mais bon, il a fini ses études. Il a laissé un truc vraiiiiment important. Et pi bon, j’dois aller l’chercher…

Il venait de franchir le point de non-retour. Si jamais elle n’était pas d’accord, si jamais elle faisait quoi que ce soit, il serait malencontreusement obligé de la forcer de violer son esprit pour atteindre son but. Et même là, il ne le voulait pas. Normalement, il l’aurait fait sans pitié…Mais cette jeune fille avait quelque chose de différent…Quelque chose qui lui rappelait lui-même, quelques dix années auparavant…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misa Smirnoff
Elève de sixième année.


Nombre de messages : 28
Age : 23
Maison : Poufsouffle
Age du Perso : 16 ans
Date d'inscription : 05/11/2008

Qui fait quoi ?
Fonction HRP: Joueur Heureux
Facultés Spéciales: //

MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   Dim 22 Mar 2009 - 22:14

Ce Dale lui fit signe de reprendre la route, mais Misa resta immobile, continuant de le fixer avec la même intensité. Elle se mordit nerveusement la langue. Une myriade de questions lui brûlait les lèvres, mais elle ne savait pas par où commencer. L’explication de Mr. Shakespeare ne lui plaisait pas. Elle n’avait même fait qu’attiser sa curiosité. Il voulait aller squatter chez les Poufsouffle ? Se rendre dans la salle commune aux couleurs d’une abeille, soi-disant pour y chercher un truc ? La jeune fille resta figée encore plusieurs secondes, la bouche entrouverte et l’air pensif. Si seulement elle parvenait à réfléchir plus vite… Puis ce fut le déclic et elle se mit à parler, tentant de maîtriser la voix frémissante que lui conférait sa bouche pâteuse.

Je ne m’inquiète pas, commença-t-elle farouchement. Alors vous avez fait tout ce chemin pour ce truc ? Ce doit être important. Je m’en fous de ce que c’est, mais… Mr. Shakespeare, qu’est-ce que vous comptez faire ? Parce que si c’est une histoire de fric ou pour exhiber ce truc dans votre salon, ne comptez pas sur moi pour vous aidez ! Mais…

Elle voulut continuer mais sa voix se bloqua dans sa gorge en même temps qu’une nouvelle nausée l’envahissait.

Merde. Foutue, foutue…

Foutue tequila de merde !

Zut. Elle avait exprimé ses pensées à haute voix. Elle s’injuria intérieurement. Elle ne voulait pas qu’il la prenne pour une fille démente, complètement folle et irrécupérable, et qu’il se moque d’elle. Elle se tut et inspira profondément une bouffée de l’air frais des cachots. La nausée s’estompa lentement. Elle passa une main dans les cheveux qui envahissaient son front et s’aperçut avec horreur que non seulement des gouttes de sueur le piquetaient, mais qu’en plus, ses mains tremblaient légèrement. Elle resta silencieuse un moment qui lui parut très long, se demandant vaguement si Mr. Shakespeare allait s’impatienter et lui jeter un sort, même si pour le moment il paraissait assez sympa. Du moins, elle le trouvait plus sympa qu’un de ces profs frustrés qui prennent les adolescents de haut, avec un mépris non dissimulé. Lorsqu’elle s’estima assez calme, elle reprit :

Hum. Désolée. Je… je disais quoi, déjà ? Ah oui… ce truc… il va vous servir à quoi ?

Comme quoi, même complètement HS et n’ayant juste qu’une envie, s’emmitoufler confortablement dans sa couette avec un bol de chocolat brûlant à savourer, sa prudence s’envolait rapidement et la Misa effrontée prenait le dessus. Elle s’aperçut que tandis qu’elle s’adressait à Mr. Shakespeare, elle avait effectué en pas en avant et qu’elle était proche de lui, désormais. Assez proche pour se rendre compte que s’il s’avérait qu’il perdait son calme et proliférait une incantation brutalement, elle pourrait se défendre. Mais pas en lui jetant un sortilège, non… s’il y avait quelque chose dont Misa était fière, c’était bien sa technique de défense moldue absolument… inattendue pour ces adversaires qui ne se préparaient jamais à une riposte de la part de cette fille blême et grêle. Elle espérait juste qu’elle n’aurait pas à s’en servir. Elle ne voulait pas se battre, pas maintenant, pas contre ce frigo plutôt sympa, et surtout, pas avec cette espèce de boum-boum incessant dans son crâne qui se manifestait par intermittence depuis qu’elle s’était réveillée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominic Vaughan
Joueur professionnel de Quidditch.
Langue de plomb.


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 24/02/2009

MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   Dim 22 Mar 2009 - 23:10

Mauvaise augure si elle s’était ainsi figée. Si elle avait été d’accord, jamais elle ne se serait arrêtée, et pourtant, s’est bien ce qu’elle avait fait, refusant, de par son inertie, de continuer d’avancer. Normalement, il aurait été franchement agacé, mais peut-être que de se retrouver entre ces murs, qui avaient été pour lui sa maison pendant sept années, apaisait un peu ses esprits. Mais c’est à ce moment même, celui même où il se disait que ce n’était pas siiiii grave qu’elle commença à débouler un flot de parole qui, sans une concentration telle qu’il se devait avoir en plein travail, aurait complètement perdu le sorcier. Mais il sut garder son calme et écouta la femme en devenir déblatérer sur ses inquiétudes.

Alors qu’il s’apprêtait à ouvrir la bouche, après un simple « mais » brisé, il remarqua qu’elle n’avait pas terminée…Mais qu’elle semblait incapable de poursuivre sa tirade. Allait-elle être malade à ses pieds? Il fit un léger déplacement de son pied gauche vers l’arrière, question d’avoir assez de soutien pour bondir hors de portée d’une éventuelle attaque gastrique.

Foutue tequila de merde !

C’est bien vrai, pensa-t-il. De son côté aussi, la tequila avait toujours fait les pires ravages alcooliques. La tequila, contrairement à la quasi-totalité de tous les alcools forts, était la seule qui réussissait à le rendre complètement dingue. D’ailleurs, il ne se rappelait d’aucune de ses soirées avec lesquelles il avait bravé son foie à coup de shoot de vieille tequila. Mais ce n’était pas vraiment important dans ce cas-ci, surtout qu’il avait quelques appréhensions, désormais, sur son guide, étant donné que quelques gouttes venaient perler sur son front, laissant présager de sombres augures. Allait-elle être capable de simplement se rendre jusqu’à sa salle commune, et ce, si elle acceptait toujours de le faire sans aucune pression magique..? Bref, elle semblait peu en état, et contre sa nature, il vint poser sa main sur l’épaule de sa fille, se laissant ainsi ouvert à toute manœuvre contre lui. Sûrement l’apparence frêle de la jeune fille, bien qu’il ait appris à de nombreuses occasions, chacune d’entre elles à ses dépends, que l’habit ne fait pas le moine. Puis il retira sa main, regardant la jeune adolescente réussir à reprendre la parole, malgré la difficulté apparente.

~Heum. À vrai dire, mademoiselle Smirnoff, c’pas vraiment important, le truc que je viens chercher. Par contre, ce qu’il peut faire...

Bon, tant qu’à y être, il n’avait qu’à lui dire. Au pire, il était comme un Men in Black. Pas seulement de son habillement, mais aussi du fait qu’il détenait un bâton assez puissant pour faire oublier quelque chose. Et puis, au pire, qui croirait plus une jeune Poufsouflette qu’un imminent membre de la communauté magique? Bien que...Bien qu’il ne sentait aucune aversion provenant de la jeune fille, lui laissant croire que pour une bonne raison, elle l’aiderait de son plein gré…

~J’ai besoin d’une clé, qui ne semble pas en être une…Et elle se trouve dans la Salle Commune de Poufsouffle, là où Liam Dickens l’a laissé…Alors…euhm, on est proche?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misa Smirnoff
Elève de sixième année.


Nombre de messages : 28
Age : 23
Maison : Poufsouffle
Age du Perso : 16 ans
Date d'inscription : 05/11/2008

Qui fait quoi ?
Fonction HRP: Joueur Heureux
Facultés Spéciales: //

MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   Lun 23 Mar 2009 - 18:41

Lorsque la main de Mr. Shakespeare s’abattit sur son épaule, Misa se crispa, persuadée que ce geste était inspiré par de la pitié, et elle darda sur lui un regard chargé de reproches. Enfin, il la retira et se mit à parler. Misa se concentra intensément sur ses paroles et quand il se tut, elle ressentit un mélange confus d’agacement et de ravissement. L’agacement était évidemment dû au fait que cet idiot se permettait de déblatérer des énigmes plutôt que de répondre directement à sa question. Pfff… déjà qu’elle était loin de partager la sagacité et la clairvoyance des Serdaigle en temps normal, alors avec cette gueule de bois carabinée… Il se moquait d’elle ou quoi ? Rien que cela lui donnait une furieuse envie de lui coller son poing dans la figure. Quant au ravissement, il venait justement de cette réponse suintante de mystère, cette réponse qui intriguait énormément Misa et qui lui confirmait quelque chose : Dale Shakespeare n’était pas un adulte ordinaire. D’ailleurs, un adulte qui se promène dans les cachots de Poudlard au beau milieu de la nuit, baguette dégainée, pour demander à la première élève venue de le mener jusqu’à sa salle commune, avait peu de chance d’être ordinaire.

Allez Misa. Avoue qu’il est super agaçant, mais qu’il vaut le détour. Ah, si seulement tu n’avais pas bu comme ça hier, tu serais en pleine forme et tu aurais peut-être pu trouver tout ça marrant…

Elle haïssait cette fichue conscience qui murmurait au creux de son oreille, mais elle devait s’avouer qu’elle avait raison. N’empêche, elle avait toujours cette irrépressible envie de lui donner un bon coup de poing en pleine figure, en admettant évidemment qu’elle pouvait l’atteindre en se dressant sur la pointe des pieds. Conclusion : elle hésitait entre obéir à sa requête et céder à ses pulsions violentes. Paradoxale, comme situation… Bon, déjà…

Excusez-moi, Mr. Shakespeare, mais vous pourriez arrêter de pointer votre baguette sur moi comme ça ? C’est gênant…

Première chose de dite. Ensuite… Devait-elle l’emmener dans la salle commune jaune et noire ? Sa conscience n’avait pas tord. Cela pouvait s’avérer être, après tout, amusant. Même si elle n’avait strictement aucune idée de ce que pouvait être la nature de cette clé. Elle pivota prestement, lui tournant ainsi le dos… et chancela immédiatement, les jambes flageolantes. Le monde tournoyait joyeusement sous ses yeux. Sans doute lui restait-il quelques gouttes d’alcools divers et variés dans le sang. Bon. Inspirer. Expirer. Oublier qu’elle était censée reprendre des forces plutôt que d’errer dans ces vieux couloirs sombres en compagnie d’un sorcier importun. Ça va mieux. Elle passa la main dans ses cheveux pour se redonner contenance et se mit à marcher en direction de la salle commune.

J’en reviens pas ! Je suis en train de mener un inconnu en direction d’une prétendue clé qui n’en est pas une… En tout cas, il a confiance. Je me demande comment il a fait pour entrer ici… avec les protections et tout le reste… Bah, c’est facile… suffit juste de courir vite… au fait…

Euh… je suis la seule à savoir que vous êtes ici ?

Car si elle était la seule à savoir qu’il était venu affronter l’obscurité des cachots de Poudlard en toute illégalité pour des raisons obscures…

Vous allez m’effacer la mémoire ensuite ? Après tout, je pourrais m’empresser de raconter ce qui vient de se passer à la directrice… même si je ne pense pas que je le ferais. Sauf si vous m’avez menti et que vous êtes venu pour autre chose.

Elle avait dit cela d’un ton féroce et elle s’était de nouveau tournée vers lui, le visage exprimant clairement une farouche détermination. Elle était honnête avec lui, elle estimait qu’il se devait de répondre sincèrement à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dominic Vaughan
Joueur professionnel de Quidditch.
Langue de plomb.


Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 24/02/2009

MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   Jeu 26 Mar 2009 - 19:53

Il le voyait bien. Elle était tourmentée. Déchirée entre la curiosité, sûrement, et la peur qu’il débarque pour des choses beaucoup plus malsaines dans sa salle commune. À une autre époque, celle où il était lui-même élève de Poudlard, une telle chose se serait difficilement pensée. Mais avec l’ère des Maraudeuses, tout se compliquait. Bien que les mangemorts semblaient en déroute, le changement de direction de l’école semblait avoir affecté le monde magique en lui-même. De plus en plus chaotique, rien n’était plus prévisible. Bien qu’il fût toujours difficile de prévoir quoi que ce soit dans l’univers, il semblait bien que s’en était rendue encore plus difficile. D’ailleurs, c’était le sujet de recherche de l’un de ses collègues de travail. Mais peu importe. Elle semblait le regarder plein de reproche, du moins, c’est ce qu’il sentait. Ses qualités de légilimens, bien qu’il ne fût pas un maître, était assez élevé pour ressentir ce genre d’émotions, lorsqu’elles sont mal cachées. Du moins, si aucun n’effort n’était fait, il était dans ces cordes de le déceler.

Bon. Tout se confirmait. Elle lui demandait donc de cesser de pointer sa baguette sur elle. Un peu étrange comme requête, étant donné qu’elle était, en quelque sorte, son otage. Bien qu’il ne l’ait aucunement traitée ainsi. Plus comme un guide…forcé…Lui tournant le dos, ne lui laissant ni temps de répondre, voir de baisser sa garde, il la voit aller. Puis elle semble tituber quelque peu. D’un mouvement fluide, il s’approcha, baissant ainsi sa baguette, pour tenter de la rattraper. Voyant que le moment ne vint jamais, et sans qu’elle le voit, il revint en position initiale, sa tentative lamentable de rattraper la jeune fille qui ne tombait même pas restant inaperçu à tous…sauf les tableaux autour d’eux qui semblaient dormir sans problème. Elle passa une main dans ses cheveux, en même temps que Dominic le faisait, question de reprendre constance. Au moins, elle se dirigeait vers sa Salle Commune, du moins, se rappelait-il, ses connaissances géographiques de Poudlard s’étant un peu amenuisée avec les années.

Puis, seconde question ultime. Devait-il lui répondre la vérité, où encore une fois, lui mentir. Lui dire que ses deux frères l’attendaient dehors serait très stupide, étant donné qu’elle le prenait pour Dale Shakespeare. Il mettrait ainsi son mensonge en danger, si elle réalisait qu’il parlait de Nathan Shakespeare, disparu depuis trop de temps pour faire une apparition surprise. Et il mettrait Félix, son coéquipier, en danger lui aussi. Lui dire qu’il était venu seul pourrait mettre son mensonge encore une fois à rude épreuve, car il faut être un sacrément bon sorcier pour pénétrer dans Poudlard seul…

~Non, heum, j’ai des coéquipiers qui m’ont aidé…

Mais il avait hésité un peu avant. Il ne pouvait pas se trahir, pas maintenant, aussi près de son but. Il ne pouvait détruire tous les efforts de sa famille pour un rien. Il devait analyser, calculer chacune de ses paroles, faire attention, car les élèves de Poudlard pouvait faire appel à une déduction hors du commun par rapport au commun des moldus. Et vint la troisième question fatale. Il aurait dû s’y attendre…Jamais deux sans trois…Et elle s’était encore retournée vers lui, le menaçant de sa voix colérique. Au pire. Elle commençait quelque peu à l’agacer avec toutes ses questions, mais bon, quel plaisir y aurait-il eu si ça aurait été facile…?

~J’ai pas l’intention, à moins que tu m’donnes une raison suffisamment énorme pour que j’le fasse. Mais j’penserais pas. J’ai juste besoin d’un truc, Misa, après, j’suis parti. Et je t’en devrai une. Une énorme…

Une porte venait de s’ouvrir plus loin. Quelqu’un s’approchait. Merde. Dans un château contenant plus de milles âmes, il était assez difficile d’être seul aussi longtemps dans un couloir. Il vint se plaquer, quelque peu accroupit, derrière la Poufsouffle. Elle ne le cachait pas vraiment, mais le nouveau venu la verrait avant lui. C’était le concierge, il le reconnu au loin. Toujours le même qu’à son époque. Il pointa sa baguette vers le concierge, et au moment où il ouvrit la bouche, Dominic s’élança, lançant un IMPERO bruyant, sans toutefois l’être assez pour réveiller tout le collège. Aussitôt, le concierge passa à côté d’eux, ne les voyant aucunement. Mais maintenant, le temps pressait. Énormément. Laissant le concierge continuer, les pensées vagues, il fixa son regard dans celui de Misa, laissant le ton imposant de sa voix couler à flot.

~Bon, c’est maintenant ou jamais. Misa, amène-moi à ta Salle Commune. Je te promets sur la tête de ma mère que je n’y ferai rien de mal…

Mais bon…ce n’était pas assez. Pas assez pour qu’elle l’écoute. Il le savait…parce qu’il aurait réagi identiquement. Il devait donner plus…et le temps pressait…

~…Et je te dirai que je suis vraiment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misa Smirnoff
Elève de sixième année.


Nombre de messages : 28
Age : 23
Maison : Poufsouffle
Age du Perso : 16 ans
Date d'inscription : 05/11/2008

Qui fait quoi ?
Fonction HRP: Joueur Heureux
Facultés Spéciales: //

MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   Mar 31 Mar 2009 - 18:00

Misa écouta Dale Shakespeare. Ah, il n’était pas seul. Elle se prit à songer qu’elle avait eu de la chance de tomber sur lui, qui était sympa, plutôt que sur un autre qui n’aurait pas hésité à l’ensorceler pour qu’elle le conduise docilement à son but. Lorsqu’il lui annonça qu’il n’avait pas l’intention de lui effacer la mémoire, ses lèvres s’étirèrent en un léger sourire et elle se sentit soulagée. Elle le croyait. Elle faisait sans doute preuve de naïveté, mais s’il le disait avec tant d’aplomb, elle ne remettrait pas ses mots en question. Puis une porte grinça brutalement, la faisant sursauter. Mr. Shakespeare se mit derrière elle, mais Misa se fit la réflexion que ce geste était bien vain. Jamais elle n’aurait pu masquer son corps bien mieux bâti que le sien, même si elle mesurait dix centimètres de plus et que la balance affichait davantage de kilos que maintenant. Le concierge apparut dans son champ de vision. La panique s’insinua sourdement en elle.

… Merde ! Pas lui ! … Dégage, allez, dégage !

Mais ses pensées brûlantes d’animosité ne pouvaient atteindre l’homme qui approchait d’eux à grands pas. Elle extirpa promptement sa baguette magique de la poche de son jean. Des étincelles ambrées étincelèrent à son extrémité, mais Dale fut plus rapide. Déjà, il avait vociféré un « Impero » et le concierge s’éloignait d’eux, visiblement plongé dans des pensées obscures. Misa resta muette de stupeur, réalisant soudainement qu’il avait utilisé un sortilège impardonnable sans réfléchir, mais elle se reprit vite. Ça n’allait pas être la nature du sortilège qui allait l’ahurir –après tout, les interdits ont été instaurés dans le but d’être bravés, n’est-ce pas ? Il planta ses yeux dans les siens et se mit à parler d’un ton solennel. Elle soutint son regard, restant muette, mais ne put masquer sa surprise lorsqu’il ajouta :

~Et je te dirai qui je suis vraiment…

Qui il est vraiment ? Il-il-il n’est pas Dale Shakespeare ? Il m’a menti ? … Je veux savoir, maintenant, moi !

Je-je-je…

Tout, mais pas ça ! Pas le bégayement tragique de la fille qui ne sait pas ce qu’elle veut ! D’abord emmène-le là où il veut, mais ne le lâche pas tant qu’il n’en a pas dit un peu plus ! Et puis arrête de te parler à toi-même, tu es totalement tarée !

Le concierge était désormais hors de vue, emportant avec lui le risque que tout le château soit alerté et que cette escapade nocturne tout aussi interdite pour lui que pour elle atteigne les oreilles peut indulgentes de cette foutue dirlo.

Vous auriez dû le mettre complètement K.O ! soupira-t-elle amèrement. Puis elle ajouta dans un sifflement précipité : Suivez-moi !

Elle avait parlé d’un ton résolu. La baguette toujours en main, elle s’élança dans les couloirs, ses pieds juste recouverts par des chaussettes ne produisant qu’un écho très lointain qui se répercutait à peine sur les murs de pierres qui ornaient les cachots. Cachots, d’ailleurs, qu’ils venaient de quitter pour accéder aux sous-sols proprement dit, puis à l’emplacement derrière lequel était caché la salle commune des Poufsouffle… Elle commença à faire travailler le peu de neurones qui lui restaient et qui n’avaient pas été démolies par l’alcool, la fatigue, l’excitation et le trouble, puis décida de ne plus réfléchir du tout et, sans prendre la peine de vérifier que les horizons étaient bien déserts et qu’aucun Poufsouffle ne l’avait imitée en vagabondant hors de leur salle commune, elle prononça le mot de passe à mi-voix, mais assez fort pour que Dale, s’il le souhaitait, puisse l’entendre. Le mur coulissa alors dans un bruit étouffé et dévoila la pièce où la pâle teinte du miel et le noir profond se mêlaient adroitement.

Welcome to Paradise ! ironisa-t-elle.

Elle avait hâte, tellement hâte de voir quelles étaient ses intentions... et elle avait hâte, tellement hâte que tout se termine et qu’elle puisse enfin rejoindre son dortoir et pouvoir prendre un repos bien mérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ambush [Libre..!]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ambush [Libre..!]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MÉFAITS ACCOMPLIS™ :: L'ENCEINTE DE POUDLARD. ( RP. ) :: Cachots & sous-sols. :: &&. COULOIRS & CACHOTS DIVERS-
Sauter vers: