AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ishitzu Eloredia - I used to rule the world [UC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ishitzu Eloredia

avatar

Nombre de messages : 312
Date d'inscription : 21/11/2007

Qui fait quoi ?
Fonction HRP: Joueur heureux
Facultés Spéciales: //

MessageSujet: Ishitzu Eloredia - I used to rule the world [UC]   Mar 24 Fév 2009 - 1:53



    Le bien, le mal, la neutralité.
    Peu importe, il faut agir.
    Le monde est divisé...
    Et à présent, il te faut choisir.





      &&. # 001. SCENE D'EXPOSITION.

        NOM, PRENOM(S) : Eloredia, Ishitzu
        PSEUDONYME : /

        SEXE : Féminin
        ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel
        ETAT CIVIL : Célibataire

        SANG : Sang Pur
        METIER : Ministre de la Magie
        BAGUETTE : Baguette en bois d’aubépine, contenant une écaille de sirène. Elle mesure 31.5 cm et est très souple et maniable, bien qu’un peu fragile.

        DATE DE NAISSANCE : 21 Avril 1951 (32 ans)
        LIEU DE NAISSANCE : Manchester
        LIEU DE RESIDENCE :480 Castle Garden, Londres


      &&. # 002. HISTORIQUE FAMILIAL.


        Spoiler:
         

&&. # 003. L'APPARENCE.

    DESCRIPTION GENERAL : En apparence, Ishitzu est grande et mince. Ses cheveux noirs et longs lui arrivent jusque dans le milieu de son dos et sont comparables à une cascade des ténèbres lorsqu’elle les fait gracieusement ondulées. Ses yeux marrons et profond sont les fenêtres de son âme : une âme pure et bouleversée par le monde qui l’entoure. Quiconque plonge son regard dans le sien ne peut s’y détacher tellement l’intensité de ce dernier est puissante. C’était comme si la source de son pouvoir était enfouie dans ses pupilles. Ses traits de visage ont toujours été d’une rare élégance, et même dans la « vieillesse », ils continuent à être parfait : quelques temps auparavant, la peau de son visage était semblable à la rosée matinale qui se perle à chaque aurore sur la verdure. Mais depuis que sa meilleure amie est morte et suite au choc émotionnel occasionné, ces traits sont légèrement vieillis, ce qui lui donne un air bien plus mature que la jeune directrice de département qu’elle était avant. Cependant, rien de sa beauté n’a été enlevé : en effet, Ishitzu reste une très belle femme. Son teint mate et sa peau douce font d’elle une femme enviée et convoitée. Ses formes parfaites y contribuent également…
    SIGNE(S) PARTICULIER(S) : Ishitzu n’a pas de réels signes particuliers, en dehors de ses yeux, reconnaissables entre mille. Toujours les larmes aux yeux, comme une goutte plongée dans un océan de ténèbres, on a toujours l’impression que ce qu’elle va dire ou faire va être en fonction de la personne qui se trouve en face d’elle. Ses pupilles sont également étranges : depuis la mort de sa meilleure amie (CF : Histoire), elles sont fendues.
    STYLE VESTIMENTAIRE : De là à dire qu’elle a un style vestimentaire particulier, ce serait exagéré la chose, car en fait, Ishitzu met de tout, du moment qu’elle apprécie ce qu’elle met. Elle est cependant bien plus attirée par le blanc et le crème, et, aimant bien plus le froid à la chaleur, est souvent en robe à bretelle fine. Elle porte une cape longue et d’un noir de jais. En moldue, elle aime s’habiller simplement : un pull ou un T-Shirt accompagné d’un jean et de talons. (Chaussures qu’elle porte également lorsqu’elle est en sorcière)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishitzu Eloredia

avatar

Nombre de messages : 312
Date d'inscription : 21/11/2007

Qui fait quoi ?
Fonction HRP: Joueur heureux
Facultés Spéciales: //

MessageSujet: Re: Ishitzu Eloredia - I used to rule the world [UC]   Mar 24 Fév 2009 - 2:00

      L' ENFANCE :
      21 Avril 1950 – 22H31 – N°3 Alderney Street, Manchester


      Le ventre bombé, le soufflé coupé, c’est ainsi qu’arriva Isis à son domicile, en compagnie de Cristiano, son époux. Le couple attendait, depuis maintenant neuf mois, l’arrivée de leur tendre fille, à laquelle il n’avait toujours pas trouvé de prénom.
      Cela faisait maintenant trois jours que la petite aurait dû naître, et Isis ne sentait venir rien du tout, ce qui commençait sérieusement à l’agacer : même si, selon les dires, l’accouchement est la plus belle chose au monde, le fait est que se voir grossir chaque jour un peu plus pendant neuf mois n’était pas chose agréable pour une déléguée internationale du département de la coopération magique internationale anglais, attachée aux Etats-Unis. Le père, quant à lui, ne semblait pas se préoccupé plus que ça de l’arrivée un peu tardive de son enfant : il ne cessait de répéter que la petite sortira quand elle sera prête. Cristiano, quant à lui, était un célèbre joueur de Quidditch. Il venait de remporter, deux mois auparavant, la coupe du monde en tant que capitaine de l’équipe d’Angleterre. L’arrivée de sa fille allait lui faire toucher le divin Ebène, et il ne voulait pas précipiter ce qui allait sans doute être l’apogée du bonheur pour lui. Il savourait chaque instant des moments passées en la compagnie d’Isis, prenant soin d’elle même durant son emploi du temps chargé.
      - Allons, Cris’, comprends également que je n’en peux plus de supporter ma fille qui me pompe mon énergie à longueur de temps. Serait-il trop demandé qu’elle sorte de là et qu’elle prenne sa propre énergie ?
      Cristiano sourit alors que sa femme se laissa tomber mollement sur le canapé du manoir. Il s’assit à côté d’elle et posa sa main sur le ventre bien rond de sa femme.
      - Ne t’en fais pas. Je suis sûr qu’elle ne va pas tarder à arri…
      Sans crier garde, Isis se releva et tint son ventre en serrant les dents. Elle put à peine prononcé un « Je perds les eaux » que Cristiano, qui avait déjà compris, avait enfilé sa cape et tenait les bagages de la future mère entre ses mains. Il l’amena près de la cheminée, empoigna un peu de poudre de cheminette, puis, poussant sa femme vers le fond de l’antre des flammes, dit distinctement :
      - Hôpital Ste Mangouste !
      Dans un tourbillon de fumée, les deux amants disparurent.

      21 Avril 1950 – 23H54 – Hôpital Ste Mangouste, Londres

      - Respirez Madame, et poussez !
      Les cris d’Isis retentirent dans tous l’hôpital. Cristiano était à ses côtés, se faisant insulter de tous les noms, mais peu lui importait : sa femme avait besoin de se défouler en ces périodes de douleurs, et à vrai dire, il s’en fichait. La joie qu’il éprouvait à enfin avoir sa fille était telle que la fin du monde aurait pu survenir, rien ne pourrait lui ternir son bonheur.
      Puis, peu avant minuit, le petit cri se fit entendre. Les pleurs de l’enfant indiquait qu’il était en bonne santé. Isis pleurait à chaudes larmes tandis que Cristiano la tenait dans ses bras un sourire radieux scotchait à son visage.
      - Bienvenue à toi… Ishitzu…

      21 Avril 1957 – 14H08 – N°3 Alderney Street, Manchester

      Cela faisait donc sept ans que la petite Ishitzu avait montré le bout de son nez. Entre temps, elle était devenue une belle jeune fille studieuse à l’école des Moldus. La seule ombre au tableau était l’absence de facultés magiques : en effet, en sept ans, la petite n’avait jamais fait une once de magie. Mais peu importait à ses parents : même si ça Ishitzu était une Cracmolle, ça ne changerait en rien l’affection qu’ils lui portaient.
      Andréa et Lisa, son oncle et sa tante, le frère et la demi-sœur de Cristiano (Lisa était donc la demi-tante de Ishitzu) était présent. Andréa souriait et s’amusait avec Ishitzu, alors que Lisa était plutôt froide, plus qu’à son habitude, et semblait anxieuse… paniquée, même.
      Isis apporta le gâteau d’anniversaire de sa fille, orné de sept bougies. Elle lui demanda de souffler, et c’est là que le miracle se produit.
      - Regarde ce que j’ai appris à faire, maman !
      Elle mit ses mains en avant et aussitôt, une bourrasque de vent éteignit les bougies. Ce fut le premier acte de magie de la petite Ishitzu, sous les yeux ébahis et ravis de sa petite famille.

      21 Avril 1957 – 19H24 – N°3 Alderney Street, Manchester

      La journée et la petite fête venait de toucher à son terme. Lisa aidait Ishitzu et Isis à débarrasser, tandis que Cristiano et Andréa discutaient de leur futur match de Quidditch, qui les opposerait à l’équipe nationale de l’Equateur.
      Une fois terminée, Lisa voulut parler à Isis, Andréa et Cristiano, alors que Ishitzu était censée être partie se coucher, ce qui n’était pas le cas. Elle écoutait discrètement à la porte ce qu’il se disait.
      - Alors Lisa, j’espère que tu as oublié ces conneries de t’engager chez les Mangemorts ?
      - Non. Et ce pourquoi je voudrais vous parler. Mon maître pense qu’Isis est un danger pour lui et voudrait l’éliminer : les relations qu’elle réussit à conserver avec les Etats-Unis le positionnent dans une situation délicate. Le traité d’alliance qu’elle s’apprête à faire signer l’ennuie énormément : si les Américains interfèrent dans la prise de contrôle du ministère, ça pourrait réellement être contraignant.
      - Tu t’attends vraiment à ce que j’annule le Traité pour satisfaire les envies d’un seigneur à la noix ?
      - Ne parle pas comme ça de mon maître, Isis ! Tu devrais t’estimer heureuse que j’ai reçu l’autorisation d’essayer de te convaincre de stopper le Traité ! Allons, réfléchissez ! C’est un nouveau départ !
      - Il n’y a pas de nouveau départ, dans une vie, Lisa. Chaque instant est un nouveau fardeau porté sur nos épaules.
      Andréa ne parlait que très peu, mais il était doté d’une sagesse plutôt exceptionnelle pour son âge.
      - Et c’est hors de question que ma famille rejoigne le camp de cet imbécile de mage noir qui…
      La suite se passa si rapidement qu’Ishitzu n’a même pas eu le temps de tout voir. Mais à ce qu’elle a compris, l’injure qu’avait proféré son père à l’encontre du « maître » de sa tante l’avait fait sortir hors de ses gonds, et, voulant lancer un sortilège à son demi-frère, Isis et Andréa lui étaient tombés dessus et l’avait devancée. Elle se trouvait par terre, un peu dans les vapes.
      - Il est hors de question que ma famille entre dans les forces obscures, et encore moins que je délaisse mon travail pour une affaire politique qui ne me regarde même pas.
      Trois baguettes étaient pointées sur Lisa, et Ishitzu tremblait de peur au vu de ce qu’elle venait de voir.
      - Un conseil, Lisa. On ne se laissera pas avoir comme ça, et il sera très difficile de nous tuer si l’envie vous prend. Donc si tu tiens réellement, à ta vie, fuis.
      Lisa sourit, ajusta sa cape et, dans un geste de dégoût, sortit du salon. Ishitzu partit en courant dans sa chambre, les yeux toujours illuminés de tous les éclairs de magie qu’elle venait de voir.

      21 Avril 1960 – 9H19 – N°3 Alderney Street, Manchester

      Aucun membre de la famille n’avait eu de nouvelles de Lisa depuis son départ. Les rumeurs disent qu’elle était devenue la plus dangereuse des Mangemorte à officier en France, et que son aide était précieuse pour les projets de son maître.
      Ce jour était celui-lui de la dixième année d’Ishitzu, et en se levant, elle avait sans doute eu un des plus beaux cadeaux que l’on puisse faire à une jeune sorcière ayant des envies d’ailleurs et d’évasion. En se levant, une lettre l’attendait…
      - Bonjour ma chérie. Bien dormi ?
      Ishitzu, encore déconnectée de la réalité et avançant au radar, alla s’asseoir à la table pour prendre son petit-déjeuner, en donnant comme seule réponse à sa mère un murmure presque inaudible. Ce ne fut que quand sa mère lui souhaita son anniversaire et lui donna la lettre qui indiquait : « Melle Eloredia Ishitzu, dans sa chambre du N°3 Alderney Street, Manchester » qu’elle revint du monde des rêves. Elle ouvrit précipitamment la lettre et hurla de joie : elle allait à Poudlard en Septembre… Enfin, elle allait pouvoir connaître le monde merveilleux de la magie…[/font]


      LA SCOLARITE :
      2 Septembre 1960 – 10H48 – King’s Cross, voie 9¾, Londres

      - Bon, c’est assez clair ? Pour la centième fois, fais honneur à moi et à ton père à Poudlard. Ne déroge pas aux règles, écoute tes professeurs, et surtout, sois aussi studieuse que dans l’école des Moldus.
      Cela faisait au moins une bonne trentaine de fois que sa mère lui donnait toutes ses recommandations. Son père ne lui disait rien d’autres que ce qui était important, aux yeux d’Ishitzu, tandis qu’Andréa s’évertuait à lui dire que, de toutes manières, quelle que soit les recommandations, Poudlard était un havre fantastique où la magie entraîne les jeunes esprits dans les airs…
      Le train fit hurler son sifflet. Ishitzu embrassa sa mère, son père et son oncle puis se dirigea vers un compartiment du Poudlard Express où se trouvait déjà une jolie blonde aux yeux émeraudes. Elle lui fit un sourire.
      - Heu… Je peux m’asseoir ?
      - Oui bien sûr. Tu t’appelles comment ?
      - Ishitzu… Ishitzu Eloredia, et toi ?
      - Farore Evinrude… Ravie de te connaître.
      Elle lui sourit, d’un sourire angélique capable de rassurer les cœurs et d’apporter un peu de bonheur. En soit, Farore était déjà une forme de magie…

      2 Septembre 1960 – 20H02 – Grande Salle, Poudlard

      La suite du voyage fut rempli de rire et de discussion : Farore et Ishitzu s’était de suite entendus, et avait passé tout le voyage à parler de leur vie respective. Entre temps, elles s’étaient partagés un mont de friandises et avaient salué un bonne trentaine de nouveaux élèves.
      Elles se trouvaient désormais dans la Grande Salle, s’avançant derrière un professeur qui le emmenait vers une estrade, au loin. Le cœur battant, la respiration haletante, Ishitzu se demandait ce qui allait lui arriver. Elle était entrée dans le monde de la magie, et comme son oncle lui avait dit : « Poudlard est rempli de mystères, et il faut être vigilant à chaque instant. ». Qu’allait-il lui arriver ? Elle savait, bien entendu, que cette cérémonie était la répartition, mais où allait-elle arriver ? Serait-elle séparer de sa seule amie, pour le moment ? Elle s’était de suite entendue avec elle, et elle sentait qu’elle était comme elle, au fond, et qu’elle avait plein de chose à lui apprendre. Et inversement.
      - Eloredia, Ishitzu ?
      Elle était si prise dans ses pensées qu’elle n’avait même pas remarqué que tous les élèves avant elle étaient déjà passés. Lentement, tremblant légèrement, elle s’avança vers le tabouret où le Choixpeau se trouvait. Elle le mit sur sa tête, et attendit.
      - Ah ! Une Eloredia ! Tu es la fille du quel des deux ?
      - Heu… Cristiano…
      - Je vois… Un Gryffondor… Ta mère était à Serdaigle, elle… Mais avec toi, il n’y a pas de doute à avoir… GRYFFONDOR !
      Soulagée que cette épreuve soit terminée, et qu’elle aille dans une maison aussi prestigieuse et renommée que Gryffondor, elle descendit de l’estrade en souriant, et alla s’installer à la table de sa nouvelle maison.
      - Evinrude, Farore ?
      Ishitzu tourna instantanément sa tête vers l’estrade. La jeune blonde, toujours aussi pétillante que dans l’après-midi, s’avança vers le vieux chapeau et le mit sur sa tête. Il commença à parler, puis, dans un geste de bouderie, croisa les bras et fronça les sourcils, en répondant au Choixpeau, qu’on entendit rire aux éclats.
      - GRYFFONDOR !
      Souriante également, elle descendit de l’estrade et alla s’asseoir à côté d’Ishitzu et tomba dans ses bras, joyeuse et heureuse. Ce fut sans doute à cet instant que leur amitié fut scellée à jamais…


Dernière édition par Ishitzu Eloredia le Mar 24 Fév 2009 - 2:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishitzu Eloredia

avatar

Nombre de messages : 312
Date d'inscription : 21/11/2007

Qui fait quoi ?
Fonction HRP: Joueur heureux
Facultés Spéciales: //

MessageSujet: Re: Ishitzu Eloredia - I used to rule the world [UC]   Mar 24 Fév 2009 - 2:08

      11 Octobre 1963 – 18H18 – Terrain de Quidditch, Parc de Poudlard

      Cela faisait donc trois ans qu’Ishitzu et Farore ne se quittait plus. D’ailleurs, tout Poudlard connaissait ce tandem de choc, car en plus d’être populaire et extrêmement jolie (Surtout pour la blonde, qui restait cependant très humble), elle possédait tout deux un talent exceptionnel pour la magie, et devinrent rapidement deux élèves studieuses et brillantes. Leur amitié ne faisait que s’accroître au fil du temps, et bientôt, l’une ne pouvait vivre sans l’autre. Elles se soutenaient, s’entraidaient, se défendaient mutuellement… Et l’une connaissait tout sur l’autre. La moindre action de l’une était sue par l’autre, et il semblait qu’une espèce de lien mental s’était créé entre les deux.
      Aujourd’hui, les deux amies allaient tenter de remplacer l’un des trois joueurs de Quidditch de l’équipe de Gryffondor ayant quitté Poudlard. Il manquait désormais deux Poursuiveurs, et un Attrapeur.
      Elles arrivèrent sur le terrain de Quidditch, leurs balais à la main, puis commencèrent les différents tests. Elles étaient toutes les deux, une fois de plus, très douée, mais elles n’étaient pas les seuls : d’autres élèves, plus âgés, possédaient un grand talent dans la maîtrise du vol à balai. Les joueurs encore présents prenaient des notes, puis, deux heures plus tard, le verdict tomba.
      - Bien alors. En tant que premier poursuiveur, nous avons décidé de retenir Farore Evinrude.
      Farore se jeta dans les bras de son amie, tout comme le soir de la répartition, et se dirigea vers l’équipe qui lui remit symboliquement la tunique de l’équipe.
      - Le deuxième poursuiveur se nomme Thomas Derlingue.
      Des acclamations se firent entendre derrière Ishitzu, l’homme, assez beau, musclé, de cinquième année, s’avança timidement mais heureux vers l’équipe qui comprenait désormais Farore… mais toujours pas Ishitzu.
      Pourtant, la suite se déroula comme une sorte de film rose bonbon où tout sourit aux héroïnes…
      - Et enfin, pour le poste de Poursuiveur, merci d’accueillir dans l’équipe Ishitzu Eloredia !
      La joie emplit les poumons de la jeune fille, qui se dirigea vers l’équipe, remercia le capitaine qui lui donnait sa tunique, puis se dirigea aux côtés de Farore, alors que son supérieur faisait un discours.
      Une fois de plus, Farore et Ishitzu, à deux routent encore vers l’aventure…

      7 Janvier 1965 – 15H36 – Salle Commune de Gryffondor, Parc de Poudlard

      Au dehors, la neige coulait à flot et le vent hurlait, donnant naissance à une tempête violente et glaciale. La salle commune des Gryffondor était quasiment déserte : les vacances avaient fait rentré chez eux pas mal d’élèves, et la fin de ceux-ci obligés les plus récalcitrants à terminer leurs devoirs dans la Grande Salle.
      Depuis désormais cinq ans, Ishitzu se trouvait à Poudlard. Depuis son arrivée, elle s’était forgée une réputation solide, était entrée dans l’équipe de Quidditch de sa maison, avec laquelle elle avait gagné deux fois la coupe de Quidditch en deux saisons, et avait gagné trois fois que quatre la coupe des quatre maisons, perdue une fois au profit de Poufsouffle lors de sa deuxième année. (Ils étaient en cette période de l’année classés troisième, derrière Serpentard et Serdaigle.)
      Farore et elle-même étaient assises dans un fauteuil, regardant des brochures sur les métiers qu’ils pourraient exercer en sortant de Poudlard. Elles n’arrivaient pas à se décider.
      - Non mais franchement, ils pensent vraiment qu’on va faire ça ? « Travaillez à la ménagerie magique : élevez, occupez-vous, nettoyez et soignez des animaux fabuleux ! ». En d’autres termes, ils veulent qu’on s’occupe et élève des animaux dangereux et récure leurs cages. Palpitant…
      - Si tu veux ici j’ai une brochure sur un quartier du département de régulation des créatures magiques. « Analyseur et Préventeur de maladies animalières ». Là on étudie toute sorte de chose venant des animaux pour vérifier si ils sont en bonne santé. Formidable…
      Elles continuèrent ainsi leurs recherches, et finirent au bout de plusieurs heures à trouver une voie qui les convenait : Ishitzu voulait devenir juge au Magenmagot, et Farore, Oubliator.

      19 Juin 1968 – 16H21 – Salle Commune de Gryffondor, Parc de Poudlard

      Le soleil brillait aux éclats ce jour-là. Les élèves de septième année venait de sortir de leur dernière épreuve d’ASPIC : la métamorphose. Après n’avoir obtenu que des « O » aux épreuves de BUSE, Farore et Ishitzu avaient l’impression d’avoir réussie leurs ASPIC. Pour devenir Juge, Ishitzu avait besoin minimum d’un « O » en Histoire de la Magie, en Potions et en Défense Contre les Forces du Mal. Farore quant à elle, pour devenir Oubliator, avait besoin d’un « O » en DCFM en Métamorphose et en Sortilèges.
      - Alors, ça te fait quoi de savoir qu’après sept ans, tu vas quitter Poudlard ?
      - Nostalgique… Ca me fait bizarre de me dire que, désormais, en me levant, je ne serais plus dans le dortoir de Gryffondor.
      Elles se dirigeaient vers le bureau de leur directeur de maison pour obtenir les dossiers nécessaires à leur admission dans les écoles spécialisées.
      Elles ne savaient pas ce qui allaient leur arriver, elles ne savaient pas où la vie allait les emmener, mais c’est les cheveux au vent et bras-dessus bras-dessous qu’elles allaient dans le château, pour l’une des dernières fois. Elles n’étaient sûres que d’une chose : quel que soit leur destin respectif, l’une appartiendrait à la vie de l’autre.[font]


      LA VIE ADULTE :
      4 Mai 1971 – 8H01 – Salle d’Audience N°45, Département de la Justice Magique, Ministère de la Magie, Londres

      - Mr Barraulien, vous êtes accusé de magie noire à l’encontre des personnes de Emma et Kévin Foal. Reconnaissez-vous les faits ?
      « O en Histoire de la Magie
      O en Potions
      O en DCFM
      O en Sortilèges
      O en Métamorphose
      E en Astronomie
      E en Divination
      E en Etude des Runes
      A en Etude des Moldus »

      Voilà les résultats exceptionnels qu’elle avait réussi à obtenir à ses ASPIC. Aujourd’hui, elle était devenue une brillante juge, officiant pour le Département de la Justice Magique. Elle avait été pris en charge dès sont arrivée par Ian McKellen, directeur depuis plusieurs années du Département de la Coopération Magique Internationale, qui avait eu son ses ordres Isis, qu’il considérait comme étant le plus brillante et la plus efficace du service. En remerciement pour tous ses services, et plus particulièrement d’un certain traité qu’Isis avait obtenu des Américains, garantissant presque la pérennité du ministère actuel, Ian avait accepté de protéger, conseiller et guider Ishitzu à travers les méandres du ministère anglais. Très vite, à l’instar d’à Poudlard, Ishitzu s’était forgée une réputation de juge assez conséquente, pour une femme de cet âge. Elle était douée et juste, et parvenait toujours à élucider les affaires les plus difficiles en posant les bonnes questions au bon moment. Elle se vit très vite donner les affaires les plus compliquées et les plus importantes du pays.
      Quant à Farore, elle n’avait fait que deux ans chez les Oubliators. Elle était déjà devenue secrétaire d’état auprès de la directrice du Département des Accidents et des Catastrophes Magiques. La proximité des deux jeunes femmes ne faisaient qu’endurcir, chaque jour, un peu plus leur amitié. Peu à peu, Farore devint la sœur de cœur d’Ishitzu, sa jumelle, même. Elles étaient heureuses…
      [/font]


    &&. # 005. ET DANS LA VIE...

      PSEUDO : Sadia
      PRENOM : Gwendoline
      ÂGE : 16

      QUE PENSEZ VOUS DU FORUM ? Suspens. Nan, yé bien (a)
      COMMENT L'AVEZ VOUS CONNU ? Heu, membre me semble.

      LE MOT DE LA FIN ?Choucroute.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ishitzu Eloredia - I used to rule the world [UC]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ishitzu Eloredia - I used to rule the world [UC]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» God Save the queen- English Rule the world and I speak English
» everybody wants to rule the world
» Everybody wants to rule the world { HARLAN
» (Alastar) everybody wants to rule the world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MÉFAITS ACCOMPLIS™ :: AT THE BEGINNING. ( HRP. ) :: Le registre. :: &&. L'ÉTAT CIVIL-
Sauter vers: