AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Incident au Dîner (Libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Charles Oxenford

avatar

Nombre de messages : 46
Age du Perso : 40 ans
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Incident au Dîner (Libre)   Dim 7 Sep 2008 - 16:15

Quand Magdalena I’ Coutler pénétra dans le vaste hall de l’Institut Scientifique Magique Royal – peu savaient que ce n’était en aucun cas un hommage à la Reine des moldus mais à un ancien Roi d’Angleterre, le seul à avoir été sorcier, et aussi, le co-fondateur de l’Institut – toutes les têtes se tournèrent vers la diva. Elle était fort impressionnante dans son manteau parsemé de soie et de fil d’or, sa longue chevelure d’or encadrant un visage parfait au teint d’albâtre, sa démarche aussi gracieuse que celle d’un cygne, la sensualité en plus. La cantatrice était non seulement une artiste sorcière accomplie qui accompagnait ses prestations de sublimes feu d’artifices magiques mais aussi une férue d’histoire et de civilisations perdues. En cela l’Institut Royal, cette prestigieuse institution chargée de découvrir les artefact du passés et de les étudier, de retracer l’histoire des atlantes, des anciens habitants d’hyperboréa, et de toutes les autres cités et peuples de l’ère mythique était l’endroit parfait pour la renseigner. Derrière elle se pressaient des photographes de la Gazette du Sorcier, des hommes de la Stiplati – une grande revue people des sorciers italiens – et des gardes du corps qui retenaient le flot. Le Premier Lord de l’Institut – encore un reliquat moldu qui écœurait certaines personnes -, Dave Knight vint faire le baise main et, tel un chiot, promena Coutler de lieu en lieu. Finalement après cette visite ultra médiatique, les journalistes respectèrent leur accord tacite avec les gens du milieu artistique et partirent vers d’autres cieux tandis que Coutler se dirigeait vers le restaurant où elle avait rendez vous, suivie – pas très discrètement – par un garde du corps.

Le restaurant de l’Institut était une des plus grandes tables d’Europe, en terme de gastronomie, de classe, et bien sûr de prix. La salle se trouvait sous un plafond aussi haut que dans une église, couverts de décorations et de scènes du passé, principalement des batailles mais aussi la vie quotidienne, des histoires d’amour, des représentations de bâtiments immenses aujourd’hui sous les eaux… Les tables, faites en merisier massif étaient toutes au dessus du niveau du sol pourpre, sur une estrade ronde aux bords recouverts d’un liseré de feuille d’or, les nappes suivaient le mouvement et n’étaient rien d’autre que de la soie blanche. Et pour couronner – quoi de plus normal, dans un institut Royal – le tableau une musique magnifique et puissante était diffusée, L’Apogée (de l’Atlantide). Toutefois, malgré tous ces trésors, les hommes avaient plutôt le regard fixé sur la progression de I’ Coutler. Laquelle jeta un regard glacial sur ceux qui fixaient sur elle un regard un peu trop révélateur, un peu trop veule. Encore que, les « glacés » n’eurent pas à subir ce supplice bien longtemps car après avoir parcouru une trentaine de mètres d’un pas altier, elle arriva à destination. C’était un coin de la salle discret avec plusieurs paravents, la musique se faisait moins présente, l’ambiance était plus tamisée. Rejoignant l’homme qui l’attendait, Coutler s’assit.

Ledit homme portait un costume noir Stradla – la plus chère des marques sorcières d’Espagne, premier fabriquant de costume infroissables, inusables et classes – avec un col Montaigne et des boutons d’or sombre. Ses cheveux bruns étaient coupés strictement et ses yeux verts dorés fixaient son interlocutrice avec un mélange d’impatience, de désir et de plaisir à l’idée de manipuler autrui, le tout étant bien sûr soigneusement dissimulé. Charles, car c’était lui, fit le baise main avec une politesse toute anglaise – de façon bien plus distinguée que le Premier Moldu de l’Institut, comme on appelait parfois le Premier Lord – et engagea la conversation. L’objectif de la soirée était de convaincre l’influente star d’apporter officiellement son soutien à la politique du Ministère Anglais en Inde Orientale, là où les sorciers anglais maintenaient toujours leurs congénères indiens dans l’esclavage – y avait il un autre mot ? – le plus total, et où le principe de décolonisation moldu n’avait guère porté. Au départ l’actrice était fermement opposée à ladite politique et était venu au rendez vous plus dans le but de convaincre que d’être convaincue. Toutefois, Charles fit merveille, son ton charmeur, doux, et pédagogique, abattant toutes les murailles mentales de la belle. Et comme prévu il l’amena à penser qu’il ferait un excellent Ministre et que si ce dernier se faisait écraser aux prochaines élections… ou devait démissionner avant, Anthony Malley ne serait pas le dernier à soutenir. L’essentiel fait, il s’apprêta à passer au plaisir, à savoir inviter Magdalena dans une des luxueuses chambres de l’Institut. Sauf qu’il y eut un… ennui.

Son cœur eut un spasme violent et il dut s’accrocher à la table pour ne pas tomber, au grand effroi de son interlocutrice, qui ne comprenait pas ce qui se passait, contrairement à Charles. Ca pour comprendre… le sort polymorphe perdait de sa vivacité pour une raison inconnue, non pas inconnue en fait, c’était le matériau dans lequel l’Institut était fait. Oxenford s’était conduit comme un imbécile, il aurait dû se douter qu’un tel bâtiment – pas rénové depuis des centaines d’années - était pourvu d’Orichalque, ce minerai qui avait la désagréable propriété d’effacer les illusions, même les illusions de chair... et de compliquer la respiration des asthmatiques. Il se fit excuser et parcourut à pas rapides, presque en courant, le chemin vers l’extérieur de l’Institut. S’arrêtant sur le trottoir il s’adossa à un mur, mur qui appartenait apparemment à une clinique désaffectée et à l’accès interdit, couverture de l’Institut aux yeux des moldus. Son malaise se faisant plus prononcé il dut s’asseoir sur les pavés, essoufflé. Au bout d’une ou deux minutes il eut récupéré assez d’énergie pour régénérer son sort, et regagner l’image d’Anthony Mallay qui commençait à disparaître. Toutefois le choc l’avait épuisé et il fut incapable de se lever, se résignant à attendre d’avoir regagné des forces, dans un coin discret du trottoir, désert. Hélas il entendit des pas s’approcher et se prépara à sortir sa baguette…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Henri De Hurlevent

avatar

Nombre de messages : 882
Maison : ancien Serpentard
Message Perso : \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\
Age du Perso : 27 ans
Date d'inscription : 08/07/2007

Qui fait quoi ?
Fonction HRP: Administrateur technique / Membre des 9
Facultés Spéciales: //

MessageSujet: Re: Incident au Dîner (Libre)   Dim 7 Sep 2008 - 23:05

HPRG : Tu m'accordes la suite cher ennemi ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charles Oxenford

avatar

Nombre de messages : 46
Age du Perso : 40 ans
Date d'inscription : 04/01/2008

MessageSujet: Re: Incident au Dîner (Libre)   Sam 13 Sep 2008 - 0:04

H RP : Bien sûr, meilleur ennemi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Incident au Dîner (Libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Incident au Dîner (Libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MÉFAITS ACCOMPLIS™ :: Corbeille :: Musée des Horreurs-
Sauter vers: